La permaculture 

1/8

La permaculture, bien plus que de l'agriculture! 

 

Elle est régie par trois éthiques et des principes applicables à différents domaines de votre vie. 

 

Sur vos balcons, terrasses et jardins, elle vous apportera plaisirs visuel et gustatif! Et dans la gestion de votre quotidien, vous pouvez  apprendre et réapprendre à cultiver votre bien-être, celui des autres et de vos environnements. 

La permaculture urbaine, c'est permettre à chacun de pouvoir produire chez soi, sur les balcons, les rebords de fenêtres, les terrasses ou même les toits.

Que ce soit des fruits ou des légumes, un lieu de vie pour la faune, du compost ...

1. Emplacements relatifs : chaque élément est placé en relation aux autres.

Au cœur de la permaculture, il y a cette activité de conception appelée le design.  Le design, c’est la mise en relation judicieuse d’éléments entre eux. Ce n’est pas l’arbre, l’eau ou la poule qui compte, c’est la relation entre eux, que le permaculteur crée ou met à contribution… Mais pour permettre à un élément du site (un étang, la maison, un bois, le jardin ou un brise-vent) de fonctionner efficacement avec les éléments de son environnement, encore faut-il qu’il soit situé au bon endroit.

 

2. Chaque élément remplit plusieurs fonctions.

Chaque élément du système devrait être choisi et situé de manière à exercer le plus de fonctions possibles…

 

3. Chaque fonction est assurée par plusieurs éléments.

Les besoins vitaux comme l’eau, la nourriture, l’énergie et la protection contre le feu (ce dernier point nous rappelle qu'il écrit en Australie) devraient être assurés d’au moins deux manières différentes…

 

4. Efficacité énergétique.

Cette section comprend la planification de l'utilisation des zones, des secteurs et de la pente, les fondamentaux de la création d'une conception (design).

 

5. Utilisez des ressources biologiques.

Un système permaculturel utilise autant que possible les ressources biologiques, végétales et animales, afin de remplir toutes les fonctions de la ferme et économiser l’énergie lorsque cela est possible… Pour que ces ressources naturelles soient vraiment utiles, encore faut-il qu’elles soient bien gérées, c’est primordial… Les bonnes stratégies de gestion reposent souvent sur le choix du moment d’intervention.

 

6. Les cycles de l’énergie.

La permaculture vise ainsi à recycler, récupérer et augmenter l’énergie, et stocker et utiliser toutes les ressources avant qu’elle ne soient dégradées à leur état énergétique le plus bas et perdues à jamais… 

 

7. Des petits systèmes intensifs.

Il suggère que vous commenciez à petite échelle et que vous vous développiez uniquement au rythme où il vous est possible d’entretenir correctement le terrain que vous utilisez.

 

Il explique les concepts de l'étagement des cultures dans l’espace et le chevauchement des cultures dans le temps.

 

8. Accélérer les successions pour accélérer l’évolution.

Il parle de la préparation des terres pour la culture en utilisant un paillage avec des cartons et l'utilisation d'engrais verts, de paillis et de compost pour améliorer le sol.

 

9. La diversité.

Il loue les avantages d'une plantation diversifiée

 

La production d’une monoculture d’une espèce donnée est probablement plus élevée que n’importe quelle espèce au sein d’une conception permaculturelle. En revanche, la somme des différentes productions dans un système mixte est plus importante… Il explique “les associations” comme des combinaisons d’espèces autour d’un élément central, végétal ou animal… Ce sont des compositions et des positionnements d’espèces les unes par rapport aux autres, qui développent des synergies – ou du moins, ne créent pas de relations néfastes.

 

10. Effets de lisière.

Les lisières – les interfaces entre deux milieux – sont des zones aux biodiversités particulièrement riches et variées parce qu'elles partagent les ressources des deux systèmes. Il explique les différentes formes et vous encourage à maximiser les lisières dans vos conceptions.

 

11. Bonnes attitudes.

    Tout marche dans les deux sens : Chaque ressource peut être considérée à la fois comme un avantage ou comme un inconvénient selon l’usage que l’on en a… Les inconvénients peuvent être vus comme des problèmes, mais dans ce cas il faudra dépenser beaucoup d’énergie pour s’en débarrasser. L’alternative, c’est de les voir comme des ressources positives : c’est à nous d’imaginer comment en tirer profit.

La permaculture s'appuie sur une éthique. C'est un ensemble de valeurs fondamentales qui gouvernent la réflexion et l'action.

L'éthique de la permaculture peut être résumée ainsi27 :

  • Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l'air)

  • Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures)

  • Créer l’abondance et redistribuer les surplus.

  1. Prévoir l'efficacité énergétique

  2. Emplacement relatif

  3. Circulation d'énergie

  4. Effet de bordure

  5. Chaque élément doit avoir plusieurs fonctions

  6. Chaque fonction est remplie par plusieurs éléments

  7. Travailler avec la nature plutôt que contre elle

  8. Faire le plus petit effort pour le plus grand changement

  9. Le problème est la solution

Les principes de la Permacultures