top of page

Polyvalence des Éléments

Dernière mise à jour : 29 avr.

Un élément, plusieurs fonctions. Comment réfléchir à la résilience de nos systèmes


Comment, sur la photo suivante, peut-on lire les différents éléments pour découvrir et redécouvrir leurs fonctions ?


démonstration du principe permacole "un élément, plusieurs fonctions"
Le chat du maraîcher

Ici on voit un chat installé sur des épluchures dans une brouette.


Nous allons du contenu au contenant !


Commençons par le chat ! De quelques-uns de ses détails à son ensemble.


Son pelage sert :

  • de camouflage (pour ne pas être vu),

  • à réguler sa température (pour se protéger),

  • à le protéger du soleil,

  • à le protéger de certains germes,

  • à l'informer sur ce qui le touche,

  • à s'affirmer face à un adversaire (pour communiquer).

Ses coussinets servent :

  • à amortir ses pas et ses sauts (pour ne pas être entendu),

  • à propager ses phéromones (pour communiquer),

  • de protection thermique (pour se protéger).

Je pourrais aussi parler de ses moustaches, de sa vision, de sa queue, de sa musculature…


Mais on peut déjà apercevoir que plusieurs éléments de sa morphologie ont plusieurs fonctions et que l’on peut retrouver ces fonctions sur différents éléments de sa morphologie.

Le chat a plusieurs fonctions, à défaut d'avoir plusieurs vies, que ce soit en tant qu'animal sauvage ou apprivoisé :

  • régulateur de nuisibles (bien qu’aujourd’hui ils soient trop nombreux à sortir pour que notre écosystème les supporte durablement, ils ont toujours un intérêt dans les fermes),

  • compagnie,

  • bouillotte,

  • sujet de conversation,

  • interlocuteur (si celui-ci est bavard comme Barbouille!).


Passons maintenant aux épluchures !


Selon le Larousse, les épluchures sont ce qu'on a enlevé en épluchant un légume, un fruit, etc.

Et leurs synonymes : chute - déchet - peau - pelure - rognure.


Cependant, elles sont tellement plus que ça !


En fonction du fruit ou du légume, les épluchures sont parfois d'abord un feuillage, une couche de protection, ou encore le point de départ des radicelles, donc le début de la connexion avec le sol, les éléments nutritifs, les mycorhizes ! Elles propagent des odeurs pour attirer ou au contraire éloigner.

Souvent ôtées des légumes alors qu'elles sont comestibles.


Je vous fais une aparté pour que vous vous rendiez compte à quel point parfois on abuse dans ce que l'on jette.

Nous devons rester conscients qu'au bout de notre "chaîne de production consommation", nous avons un impact et nous avons le devoir moral d'optimiser l'énergie qui a été dépensée et transformée en nourriture. Que ce soit vis-à-vis de la personne qui a donné de sa personne pour produire ce légume que vous allez manger, de la personne qui a pris soin de le mettre en valeur sur l’étal, ou même vis-à-vis du légume lui-même qui a puisé toutes ses forces de la terre et du soleil pour arriver à ce stade de développement et qui a été récolté avant de pouvoir relancer un nouveau cycle de reproduction.

Je vais vous parler uniquement du vert des poireaux.

Chaque semaine, nous récupérons de grosses quantités de verts de poireaux parfaitement comestibles ! Pourquoi les jeter ? C’est un moyen de vente ? Je le suppose. S'il vous plaît, refusez d'acheter des poireaux qui ne sont pas entiers.


Tout se mange dans le poireau. Vous pouvez faire trois recettes différentes avec un poireau. Par exemple, un accompagnement à votre apéritif avec des radicelles frites, ou pour accompagner une salade verte.

Une fondue de poireaux accompagnée de riz et de lentilles pour le déjeuner. Et enfin, pour le dîner, une soupe avec du vert de poireau. La classique poireau, carottes, pommes de terre par exemple ! Ou des samoussas au poireau.


Pourquoi les industriels ne valorisent-ils pas leurs pertes volontaires en les donnant à des associations, en les proposant à des restaurateurs ou à des transformateurs de produits ? J'imagine déjà avoir les réponses à ces questions.


Mais bref. Revenons à notre sujet.


Malgré un premier tri et un nettoyage sur le lieu de production, il y a également des pertes plus ou moins justifiées tout au long de la chaîne d’approvisionnement, et ce jusqu'à chez nous. Que ce soit pour rendre le produit plus comestible ou visuellement plus intéressant.

Les pertes ne devraient pas se transformer en déchets.


Les épluchures ont plusieurs fonctions également :

  • souvent encore comestibles (parfaites en soupe, en compote, en muffin…),

  • servent de lieux de vie à une microfaune (à différencier du microphone ^^),

  • servent de coussins moelleux (comme au chat sur cette photo),

  • servent de nourriture à certains animaux et à une microfaune.


Une fois prédigérées par d'autres êtres vivants, elles deviennent assimilables par les plantes.


On peut obtenir encore plus de ses épluchures. En plus de nourrir des micro-organismes, d'autres petites bêtes et des plantes, on peut aussi utiliser la chaleur dégagée et transformer les gaz dégagés de leur dégradation en biogaz.


Et pour finir, la brouette ! Outil incontournable au jardin et dans les métiers du bâtiment. Mais la brouette n’est pas qu’une brouette. La brouette est un objet historique, un jeu et aussi une muse ! Oui, oui ! Une muse. Celle de Jacques Prévert et de Salvador Dali, entre autres.


Photo montage Dali, le chat et sa Muse
La brouette, cette Muse

En effet je n'ai pas trouvé d’image de “La brouette” et de "la brouette ( Panthéon Formé d twisted brouettes )" libre de droit. Mais vous pouvez les voir ici et .


Les différentes fonctions de la brouette :

  • transporter des matières et matériaux,

  • auge,

  • stocker des outils,

  • outils pour du brouette freestyle,

  • outil de course en brouette.


Crédit photo:  Jules Beau — [Collection Jules Beau. Photographie sportive]
Crédit photo: Jules Beau — [Collection Jules Beau. Photographie sportive]


Et pour sa fin de vie, elle peut être détournée de nombreuses manières :

  • pot de fleurs,

  • fauteuil,

  • barbecue (métallique, elle est le contenant. En bois, elle alimente le feu 🙈).


Bon, ok, je viens de vous décrire une photo prise en passant chez un maraîcher. Qui, à première vue, semble banale. Mais je pense que vous avez saisi l’idée.


Les trois éléments de cette photo ne sont pas anodins. Ils démontrent la polyvalence des éléments!


Vous avez besoin de chaleur ? Il vous faut plusieurs sources.


Vous avez besoin d’eau ? Vous devez pouvoir compter sur différents modes de stockage.


Vous avez besoin que vos plantes soient pollinisées ? Vous devez inviter différents pollinisateurs.


Etc, etc, etc...



J'ai pris plaisir à écrire cet article. Si cela vous a plu, ou si vous avez des questions, je vous invite à vous exprimer dans les commentaires !

63 vues1 commentaire

1 Comment


Sylvie Isler
Sylvie Isler
Aug 24, 2021

quand on fait une soupe ne pas éplucher les légumes,cela évite un travail ,les potimarrons la peau se mangent .....mettre du pain sec dans une soupe avant de la mixer remplace les pdt tellement de choses à faire dans sa cuisine pour diminuer ses poubelles

Like
bottom of page